C-UAS Counter Drone Equipment since 2014

Armes à feu et drogues du ciel

Article de «Schweiz am Sonntag» du 31 mai 2015 avec une mention de Koller Engineering:

[gview file= »https://www.koller.engineering/wp-content/uploads/2016/09/2015_05_31_Schweiz-am-Sonntag.pdf »]

Armes à feu et drogues du ciel

Les drones sont de plus en plus une menace pour les prisons. Il y a un manque de systèmes de défense.

La contrebande d’armes n’était plus un problème dans les prisons suisses depuis longtemps. Mais maintenant, il y a des failles de sécurité – de l’air. Étant donné que les soi-disant mini-drones sont autorisés à voler en Suisse sans autorisation et que toutes les prisons ont des cours ouvertes, cette menace prend une nouvelle dimension.

Les mini drones ne peuvent pas peser plus de 30 kilogrammes, mais ils peuvent facilement transporter des charges telles que des armes ou des explosifs. «Il est impossible d’imaginer le danger que des prisonniers radicaux s’emparent de ces choses», déclare Monika Kummer, directrice de la prison régionale de Berne.

Genève est désormais le premier canton à répondre à la menace d’en haut. Le gouvernement a interdit mercredi tous les vols de drones à moins de 300 mètres des prisons, des bâtiments judiciaires et des postes de police.

Il y a déjà eu des tentatives initiales de transporter des médicaments ou des téléphones portables derrière les murs de la prison avec des quadricoptères. « Mais cela ne s’arrêtera pas aux tentatives », déclare Marcel Ruf, directeur de l’établissement pénitentiaire (JVA) Lenzburg AG. Les progrès techniques rendent les drones plus puissants, plus précis et moins chers. « On peut donc supposer que la propagation et les intentions criminelles augmenteront. »

L’alliance militaire occidentale de l’OTAN a récemment examiné les dangers potentiels posés par les drones et est parvenue à la conclusion: la menace augmente, mais il y a encore peu de solutions disponibles. Il y a des entreprises qui travaillent sur des systèmes d’alerte pour traquer les drones en approche. Mais il y a un manque de systèmes de défense.

La société d’armement Rheinmetall a également rédigé le rapport de l’OTAN. Pour Fabian Ochsner de la branche suisse, une chose est sûre: « Nous avons besoin de moyens pour sortir les drones du ciel. » Rheinmetall travaille actuellement sur une intervention électronique pour paralyser les commandes et une intervention utilisant un laser pour abattre le drone.

Un tel système de défense aérienne de Rheinmetall, avec lequel l’armée de l’air protège l’espace aérien du sol, est utilisé lors du Forum économique mondial de Davos GR. «Au WEF, le danger des drones est présent», déclare Ochsner. « Mais dans la vie de tous les jours, beaucoup ne sont pas encore pleinement conscients du danger. » Mais cela changera dès que « quelque chose se passera ».

La raison pour laquelle il n’y a que quelques systèmes de défense en dehors des pistolets à filet est également due aux lois en Suisse. Il est interdit de manipuler des drones télécommandés ou contrôlés par GPS avec des brouilleurs. La situation est différente lorsqu’il s’agit de traquer les objets volants agiles avec des systèmes de détection. Au cours des dernières années, un nouveau domaine d’activité est apparu dans ce domaine. Rheinmetall a développé un système radar qui détecte tous les objets en vol à une distance de plusieurs centaines de mètres et transmet des informations sur la taille, le type et le poids à un ordinateur. « De cette façon, les utilisateurs peuvent voir à quel type d’objet volant ils ont affaire. »

L’entreprise Ingénierie Koller de Nottwil LU, d’autre part, a développé un système qui détecte les drones à l’aide de l’acoustique. « Tous les drones volent avec des hélices et ne s’approchent donc jamais en silence », explique le chef de la société Andreas Koller . Un microphone directionnel peut détecter un drone à une distance allant jusqu’à 1000 mètres et déclencher une alarme. « Si le drone s’approche à la vitesse habituelle de 30 à 50 kilomètres par heure, quelques secondes s’écoulent entre le déclenchement de l’alarme et le passage du drone dans la zone. »

Le coût de l’équipement d’une prison de la taille d’une JVA de Lenzburg: 30 000 francs pour l’acoustique et 150 000 francs pour le système radar.

Les directeurs de prison de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche ont recherché des solutions possibles pour faire face aux menaces lors d’une conférence cette semaine. «La détection des mini-menaces semble être une solution pratique, mais une protection efficace nécessite également des moyens d’intervention», déclare Andreas Naegeli, directeur de JVA-Pöschwies. À l’avenir, cependant, il ne considérera que les systèmes ne mettant pas en danger les tiers comme moyens d’intervention possibles. Pour lui, les ajustements juridiques ne sont à discuter que lorsque de nouvelles techniques de défense sont pleinement développées. Pour l’instant, il vérifie donc différents systèmes de reconnaissance.

Source: «Schweiz am Sonntag» du 31 mai 2015